L’impact de l’incompétence numérique dans la communication école-familles en contextes de défavorisation et de migration : situation des parents immigrants et réfugiés à Halifax.

Project Researchers

Project Description

Plusieurs études empiriques ont montré les effets positifs de la collaboration entre l’école et les familles ainsi que les répercussions favorables que de bonnes relations entre les parents et les enseignants peuvent exercer sur la réussite scolaire des enfants (Benoît, Rousseau, Ngirumpatse et Lacroix, 2008; Liboy et Mulatris, 2016). En fait, des relations familles-écoles de qualité se soldent par une meilleure communication et une meilleure appréciation du travail accompli par les uns et les autres (Kanouté, Vatz-Laaroussi, Rachédi et Doffouchi, 2008; Deslandes, 2004; Liboy et Venet, 2011). Une communication soutenue entre l’enseignant et les parents facilite le partage d’informations relative à l’apprentissage de l’élève et susciterait l’intérêt des parents à s’impliquer davantage au processus éducatif de leurs enfants (Barnyak, 2009).

Depuis quelques années, à cause de l’utilisation fréquente de NTIC dans le milieu scolaire, plusieurs parents sont priés de consulter les sites web des différentes écoles pour vérifier les travaux scolaires à réaliser par leurs enfants à la maison, les informations d’ordre culturel, sportif, les activités parascolaires, etc., organisées par l’école. Or, les parents ne possèdent pas nécessairement tous les mêmes compétences numériques. Certaines familles vivant en contexte de défavorisation et de migration n’ont généralement avec l’école que des contacts rares et formels, en raison de la distance culturelle qui les séparent. Cette distance est généralement due à leur situation socio-économique, à leurs valeurs, à leurs croyances, notamment. Du côté des enseignants, il existe aussi des obstacles qui obstruent la communication avec les parents immigrants et réfugiés à cause de leur impréparation et leur manque d’expérience des milieux défavorisés et des familles issues des communautés ethniques. Tous ces facteurs pourraient être à la base du déficit de communication observé entre l’école et les familles concernées (Liboy, 2018).

Étant donné que la communication entre l’école et les familles immigrantes et réfugiées est une problématique qui remonte aux années 1970, il existe d’ores et déjà quelques expériences novatrices ayant recours aux NTIC (Aguilar and Leiva, 2012; Aguilar and Hijano, 2012) qui visent à améliorer la participation de ces parents à l’école. Notre étude a pour objectif de faire l’état de la place qu’occupent les NTIC dans la collaboration école-familles immigrantes et réfugiées à Halifax et vise à identifier et décrire avec précision les besoins de ces familles en matière de NTIC.

Cette étude qualitative de type exploratoire vise à combler un vide dans les écrits existants. Elle nous permettra de mieux comprendre les perceptions, les croyances, les difficultés ainsi que les résistances des familles concernées grâce aux entretiens semi-dirigés, à l’observation et au questionnaire qui leur seront soumis. Plus ou moins 20 parents immigrants et réfugiés nouvellement arrivés et dont les enfants fréquentent les écoles élémentaires et secondaires à Halifax participeront à cette enquête.

2018-12-12T15:33:15+00:00